30 mai 2006

Shohei Imamura

Il est rare que j'évoque le septième art dans ce blog... mais le décès du réalisateur japonais Shohei Imamura m'a suffisamment touché pour que je rédige un post à sa mémoire.

Imamura avait été récompensé à Cannes pour «La Ballade de Narayama» en 1983, puis pour «L'Anguille» en 1997 (ex-aequo avec «Le goût de la cerise» de l'Iranien Abbas Kiarostami). Moi, j'aimais bien "De l'eau tiède sous un pont rouge" (1997), son ode au plaisir et à la jouissance.

Aucun commentaire: