20 juin 2006

Loches en jazz : le compte-rendu

Chose promise, chose due. Je vous avais annoncé un compte-rendu du huitième festival Loches en jazz... et bien le voilà !

Pour moi, tout a commencé samedi soir avec le baloche de l'Orchestre Ducoin et de Mazalda. Avec ses 13 musiciens, ce concert-bal que je qualifierai de "populaire" (sans méchanceté aucune), mélangeait allègrement les danses (polkas, rocks, mambos, valses, twists, etc.) avec une progression évidente vers un certain psychédélisme et même la techno en fin de soirée ! Les deux orchestres avaient combiné leurs répertoires respectifs (assez similaires) et avaient travaillé à des morceaux en commun afin de tenir la durée du bal en un set. Ormis quelques fins de morceaux ratées ou hésitantes, je dois avouer que cette prestation était très homogène et honorable.

On me retrouve le dimanche midi autour d'un kiosque à musique, dégustant des vins de Bléré et des fromages de brebis sur une musique de Mazalda acoustique et détendue. Beaucoup de reprises d'airs traditionnels pour ce set (siciliens, chinois, indiens) et une véritable mise en valeur des timbres instrumentaux (mandoline, accordéon, bugle, tuba, saxophones, percussions) de ces six musiciens.

Jardin public : pique-nique en musique avec le Jean Morières trio et les Niou bardophones (photo), des cornemuseux bretons qui n'hésitent pas à bousculer les traditions. Leurs influences sont multiples, c'est une évidence : la tradition bretonne (bien-sûr), le jazz, l'improvisation, le free-jazz... Une cornemuse bavarde, une bombarde (trop discrète), un saxophone baryton et une batterie qui ne se contente pas d'accompagner l'ensemble mais fournit des ambiances variées grâce à son jeu très large, allant du jazz aux percussions ethniques, notamment dans ce sublime et envoûtant traditionnel turc revisité, Kutahya'nin Pinarlari qui ouvrait ce chouette concert.

Direction le parc de la sous-préfecture pour y écouter le duo Achiary/Lasserre et la Spirli Family. Benat Achiary (voix)/Didier Lasserre (batterie), se résumerait aisément à des parties de chants passant de l’intimisme à la psychose douce, à de la batterie jouée à la petite cuillère (c'est une image). C’est sobre et c'est très beau.

A l'heure du goûter, on pouvait entendre la Compagnie Un Instant dans le jardin du chateau de Loches. Acousmatique, la musique de la compagnie souffrait sans doute de trop d'espace (un jardin) et probablement de l'absence d'une véritable scène ou, au moins, d'une séparation avec le public. Résulat : une mise en son gâtée par la proximité public/musiciens. Entendre le vioncelle d'Hugues Vincent en face de soi plutôt que redistribué sur le dispositif d'enceintes mis en place gâchait en partie l'effet escompté...

Les compères Sclavis et Courtois ont fait le show qu'on attendait d'une tête d'affiche : professionnel, de haute teneur mais sans surprise. Le minimum syndical en quelque sorte. Pas mémorable.

J'ai fini ma journée au Logis royal, vautré sur la pelouse, pouffant comme un môme à l'écoute des facéties musicales de Jean-Marie Maddeddu et Alfred Spirli qui avaient sorti leurs instruments jouets, comme ces petits chiens chanteurs qui chantent "only whaouh !". Pas très spirituel tout ça...

La caution poétique de la soirée était plutôt à chercher dans les improvisations délicates, ciselées, fragiles du duo Vincent Courtois/Hugues Vincent (violoncelles). Un concert crépusculaire où l'on se surprenait à ressentir enfin toute la fatigue et l'écrasement de cette journée de jazz. Duo idéal pour une fin de festival. A écouter assis au sol et le dos contre un arbre, yeux mi-clos.

- Niou Bardophones & Jean-Luc Cappozzo - impro 1 - impro 2
(Erwan Keravec : cornemuses ; Guénolé Keravec : bombarde, trélombarde ; Ronan Le Gouriérec : saxophone baryton ; Jean-Marie Nivaigne : batterie ; Jean-Luc Cappozzo : trompette)

- Benat Achiary & Didier Lasserre - impro
(Benat Achiary : voix ; Didier Lasserre : batterie)

- Spirli Family - impro
(Lucas Spirli : accordéon, voix ; Adrien Spirli : tuba ; Alfred Spirli : percussions)

- Compagnie un instant - impro
(Hugues Vincent : violoncelle ; Frantz Loriot : violon ; Polo : traitements acousmatiques ; Fabrice Loubatière : danse ; Eric Batbedat : danse)

- Sclavis & Courtois - Divinazione Moderna
(Louis Sclavis : clarinettes ; Vincent Courtois : violoncelle)

- Jean-Marie Maddeddu & Alfred Spirli - impro
(instruments, jouets, objets)

2 commentaires:

citrus peeler a dit…

j'ai jeté une oreille rapide et il y a des choses intéressantes. Je crois que tu vas me faire une petite compil'.

Anonyme a dit…

Tu peux te la faire toi-même : clique droit, "téléchargez-sous" !