04 septembre 2006

Musique-libre.org devient Domazic

Aujourd'hui, c'est la rentrée et son lot de surprises. Et c'est avec étonnement que j'apprend que musique-libre.org devient Domazic !

Les gars de l'asso s'expliquent :

"Depuis 2001 avec musique-libre.com, puis musique-libre.org, et au travers de l'association, notre équipe s'est efforcée de faire comprendre et apprécier ce mode de diffusion au public, aux artistes et aux pouvoirs publics, via notre site internet, mais aussi lors de fréquents déplacements sur le terrain.
L'association change donc de nom en "association Musique libre !" et le site internet devient "DOGMAZIC".(A noter au passage que notre "Goudroune" a évolué un peu. Malgré la surprise et la tristesse de lire un nouveau nom et de voir partir notre ancienne mascotte, comprenez que c'est une décision pesée qui inscrit notre association dans la durée.
Pourquoi Dogmazic?
Notre dogme, c'est la liberté de diffuser nos oeuvres comme bon nous semble.
Si notre équipe était la première à traiter des licences libres en France et à lancer une archive de musique en libre diffusion, cette nouvelle mouture continuera de parler des problèmes de fond des licences libres appliquées à la musique, avec la même exigence intellectuelle et le même esprit militant.
Et parce que le yin ne va pas sans le yang, d'autres projets vont voir le jour sous peu, toujours avec la même volonté de promouvoir et défendre le mouvement de la musique en libre diffusion auprès du plus large public possible.
Par delà le portail internet, notre action se tourne aujourd'hui dans des directions fondamentales : - renforcement de notre présence sur le terrain, auprès des collectivités locales, des initiatives publiques et privées, pour oeuvrer toujours plus à dans l'information et la documentation à destination du public, et la conservation d'un patrimoine culturel unique ;
- organisation de spectacles vivants et soutien en faveur d'initiatives locales ;
- émergence de nouveaux modèles économiques respecteux de l'ensemble des acteurs de la chaîne de création et bien sûr du public."

Aucun commentaire: