20 décembre 2006

We have sound

We have sound, c'est le nom du projet de cyber-collaboration musicale de l'artiste Montag.

Le principe rappelle ce qu'avait déjà entrepris Matthew Herbert pour Scale : proposer au citoyen lambda d'envoyer un son qui serait ensuite placé dans ses compositions.

Alors si ton matelas grince ou si ton frigo ronronne de façon originale, enregistre-les et envoie les fichiers mp3 à Montag qui les intégrera sans doute dans une pièce de son prochain album "Going places".

4 commentaires:

Pazpatu a dit…

J'ai eu la chance d'assister à un concert de Matthew Herbert dans lequel il faisait croquer une salle entière dans une pomme, son qu'il échantillonnait et retraitait "on the fly" dans sa musique. Une idée assez géniale, comme le reste du concert d'ailleurs.

marvin rouge a dit…

Oui, son concept de "décontextualisation" et "contextualisation" du son me plaît bien.

On écoute la première fois ses disques sans se soucier d'où viennent tous les sons puis on le réécoute avec le livret en main, cherchant à identifier chaque sample qui enrichira, de son contexte, le "sens" de l'oeuvre.

Ainsi, il est plaisant d'écouter son album sur la chaîne alimentaire en retrouvant des bruits de machage ou de couteau. Et dans Scale des éléments d'une reconstitution du menu d'un repas réunissant Bush et Blair. Brrr.......

chaamba a dit…

Très intéressant. Allez, c'est parti pour la chasse aux bruits.

georges a dit…

c'est du pillage organisé!